Récit de notre roadtrip en Amérique du Sud | Tour du monde

Valparaiso, un voyage hors du temps

Imaginez une ville portuaire de 300.000 habitants, haute en couleurs, aux façades ornées de fresques pittoresques, aux rues escarpées et aux multiples ascensores parfois encore actifsUne ville qui, en à peine une heure de route, contraste tellement avec Santiago. Là où celle-ci se trouve au pied de la Cordillère des Andes et pourrait aisément se parcourir en vélo, l’autre s’ouvre sur le Pacifique et requiert un coeur solide. Bienvenue à Valparaiso, ou Valpo comme l’appellent ses habitants, « la vallée du paradis ».

Le Parque Cultural de Valparaiso, une impression de dimanche au quotidien

Si pour les backpackers, arriver en ville est un jeu d’enfant, ça l’est un peu moins en voiture. Après un zeste d’énervement, de va-et-vient inutiles, nous trouvons enfin un emplacement sécurisé et gratuit en haut de la ville. Sans le vouloir, nous tombons sur le Parque Cultural de Valparaiso, un ancien centre de détention. Il a d’ailleurs donné son nom à la colline sur laquelle il se trouve: le Cerro Carcel. Un endroit agréable doté d’un jardin, d’une vieille poudrière datant d’avant l’ère carcérale, et d’une large vue sur la ville. Le Parque Cultural est un lieu de rendez-vous où le temps semble s’écouler lentement, comme un dimanche. On vient ici assister aux différentes expositions organisées régulièrement, profiter d’un cadre vert ou encore travailler autour d’un café.

Valparaiso, ville bohème au street art omniprésent

Quittant le parc, nous entamons une descente vers le centre de la ville, bientôt rattrapés par deux chiens errants.  Fidèles pendant près d’une heure, ils finissent par nous quitter, le coeur sans doute trop éprouvé par la chaleur et leur âge certain. Au rythme de notre errance, nous découvrons les ruelles de Valparaiso, étroites et colorées, côtoyées de bandes de jeunes par-ci par-là qui profitent d’un rayon de soleil pour se réunir.

Une fois la faim étouffée avec un ceviche commandé dans l’un des restaurants de la rue principale, nous retournons prendre de la hauteur en direction du Cerro Bellavista. Ici commence notre visite du Museo a Cielo Abierto (musée à ciel ouvert), qui au travers d’un parcours urbain, nous fait découvrir toutes sortes de fresques murales, peintes par différents artistes chiliens. Même si certaines sont un peu usées par le temps, la visite vaut le détour.

 

Le Cerro Alegre pour une pause gourmande à Valparaiso

Après avoir été mis à rude épreuve tout au long de la journée, nos mollets ne méritaient-ils pas qu’on lève le pied, et nos papilles d’être à nouveau titillées? En tout cas, c’est comme ça que nous décidons de conclure cette visite de Valparaiso. Le quartier du Cerro Alegre regorge de petits restaurants et cafés, aux devantures toujours aussi attrayantes et colorées. Si au départ, nous cherchions simplement à assouvir notre soif avec une bonne cerveza, l’offre alléchante d’un petit glacier artisanal a rapidement pris le dessus. Assis sur un banc adossé contre sa façade, nous dégustons chacun notre cornet tout en regardant l’animation autour de nous.  Nous continuons à se perdre dans le dédale des rues, et comme il fait tellement bon vivre ici, on s’arrête volontiers à La Fauna, un restaurant qui nous séduit pour son cadre. Une jolie vue sur la mer au loin, un petit verre de vin blanc, et un soleil qui vous chauffe le dos…Ça suffit pour refaire le monde…

 

Non loin de Valparaiso, la station de Viña del Mar et les dunes de Concón

Après tout cet enchantement, nous nous dirigeons vers Viña del Mar, petite station balnéaire chic, bien différente de l’atmosphère de Valpo. Si on a eu l’impression de voyager hors du temps à Valparaiso, la réalité nous rattrape ici de plein fouet à coup de modernité. Destination prisée des estivants chiliens, la ville semble s’adresser à une population aisée.

Mais ce matin, on n’est pas d’humeur et on n’accroche pas. Trop de monde, trop de voitures. On décide d’aller chercher le calme sur les dunes de Concón, un peu plus loin que le centre de la ville. Une fois en haut, la vue surplombant la ville et la mer est agréable et nous offre la tranquillité recherchée. Il y a des jours comme ça où on a juste envie de se retrouver seul avec soi-même.

Les dunes de Concon

Un peu de quiétude loin de la ville

Où dormir à Valparaiso (quand on a une voiture)?
Même si Valparaiso, et les villes de manière générale, ne sont pas vraiment adaptés aux roadtripeurs, nous avons pu trouver une auberge avec parking sécurisé: l’auberge Polacito. Pour une nuit, nous avons payé 23.000$CLP (31€).  Si en revanche vous n’avez pas de voiture, préférez une autre auberge. Celle-ci n’avait rien d’extraordinaire, le confort et les sanitaires étant sommaires.
Quel budget prévoir pour manger à Valparaiso?
Bien que nous n’ayons pas séjourné longtemps à Valparaiso, voici un aperçu de ce que nous ont coûté nos repas:
Un ceviche: 9.980$CLP (13€)/personne
Deux glaces: 3.500$CLP (5€)
Un verre de vin accompagné de tapas: 22.000$CLP (30€) pour deux personnes

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Allé en haut