Vietnam: rencontre de l’ethnie Hmong lors d’un trek à Sapa

9 juillet 2017

Nous quittons la ville trépidante d’Hanoï pour la région montagneuse de Sapa, au nord du Vietnam. Au programme: trek de trois jours dans les rizières en compagnie de Co, notre guide Hmong.

Sapa, mélange d’ethnies

Après 6 heures de trajet, nous arrivons à la station de bus de Sapa. Le ton est directement donné avec la présence des ethnies aux habits traditionnels colorés. Quelques instants plus tard, Co (Keu) nous rejoint, accompagnée de son mari. Pendant que son mari conduit nos backpacks jusqu’à leur homestay, Co nous emmène manger un Bun Ga en nous montrant les deux plus importantes ethnies: les Hmong et les Red Dao. Ensuite, nous visitons le marché de Sapa où les femmes vendent principalement leurs broderies, et découvrons le centre de Sapa où différentes infrastructures poussent comme des champignons. Heureusement, l’homestay se trouve à 30 minutes du centre, reculée dans les montagnes.

 

Immersion dans une famille Hmong

Arrivés à l’homestay, Co nous présente sa famille, son fils, sa fille et sa nièce. Occupée à faire un bracelet, j’attire très vite l’attention des deux fillettes. Co me tend alors sa gamme d’échevettes aux couleurs plus vives que les miennes pour apprendre aux filles à faire des bracelets. C’est peut-être un moyen d’interaction intéressant surtout avec la barrière de la langue et la timidité que peuvent avoir certains enfants.

Sapa

Arrivés à Sapa, les filles sont directement intriguées par mes bracelets. J’en profite donc pour leur apprendre les quelques noeuds que je connais.

 

Co nous invite ensuite à prendre possession de notre chambre, sur la mezzanine, qui s’avère être des matelas disposés à même le sol. Elle s’excuse en disant que ce n’est pas le luxe d’un hôtel et nous la rassurons aussitôt en lui disant que c’est ce que nous sommes venus chercher. Une expérience authentique au sein d’une famille Hmong.

Le soir, le mari s’active en cuisine pendant que Co nous apprend à rouler des springs rolls (rouleaux de printemps). Et c’est tous ensemble que nous dégustons les délicieux mets autour d’une table basse sur des tabourets en bois tressés. Le tout s’accompagne de shots d’Happy Water, alcool de riz, que le mari ressert dès que les verres sont vides.

Le lendemain, après un réveil au son du chant du coq, et un bon petit déjeuner, nous entamons le trek malgré une légère pluie. Nous commençons fort puisque nous traversons des rizières, dont le rebord étroit et terreux manque de s’écrouler sous chacun de mes pas. Co est parfaite dans son rôle de guide et nous fait découvrir sa région et ses traditions avec passion. Le contact est directement passé entre nous, et nous hésitons pas à lui poser des questions auxquelles elle répond sans gêne.

 

Trek à Sapa

Co, notre guide, nous en a appris énormément sur elle et son ethnie. C’était un vrai moment de partage, et sans doute, l’un des moments forts durant notre voyage au Vietnam.

 

Une monogamie libertine acceptée

Dans l’ethnie Hmong, le mariage se célèbre avant 29 ans. Le choix du mari n’est pas imposé mais chaque famille à son mot à dire, chacune cherchant le meilleur pour sa progéniture. Pour les maris, il est d’usage d’avoir une petite amie en ville, chose sur laquelle les épouses ferment les yeux tant que l’époux continue de s’occuper de sa famille. Ici, on ne divorce pas mais on fait appel aux familles pour surmonter les problèmes. Si la femme demande le divorce, elle n’a ni la garde des enfants, ni la moitié des biens. Elle ne divorcera que si l’époux est vraiment un mauvais mari.

Des enfants, oui, mais surtout un fils

Co et son mari ont deux enfants: une fille un garçon. Le peuple Hmong  peut avoir autant d’enfants qu’ils veulent, tant qu’il y a un garçon pour faire perpétuer le nom de famille. Il n’y a donc aucune inégalité au sein de la famille entre le garçon et la fille. Tous deux vont à l’école et s’occupent des tâches ménagères.

L’élevage de buffle vs l’apprentissage

Chez les Hmong, il n’est pas rare de voir des enfants s’occuper des buffles. La charge de travail que représente l’élevage de buffle est importante et quasiment impossible à combiner avec l’apprentissage scolaire. Alors, depuis le décès d’un membre de sa famille, Co a décidé de ne plus avoir de buffle pour envoyer ses enfants à l’école. Par ailleurs, le buffle, dont le prix est exorbitant pour les Hmongs, est utilisé davantage pour remuer la terre dans les rizières, que pour sa viande. Les familles ne tuent leur animal que lorsqu’ils célèbrent un évènement important comme un décès, un mariage, ou la nouvelle année.

buffle à sapa

Bien souvent, les enfants ne vont pas à l’école car ils doivent s’occuper du buffle de la famille. Le buffle est utilisé pour labourer les champs, et tué pour être dégusté en cas d’évènements importants.

 

Quelques photos supplémentaires:

6 Commentaires

  1. Commentaire par Marianne Gilleman

    Marianne Gilleman Répodnre 9 juillet 2017 at 11 h 18 min

    Article très intéressant! Quelle belle expérience!!

  2. Commentaire par Debehogne Michaël

    Debehogne Michaël Répodnre 9 juillet 2017 at 13 h 57 min

    Géniale cette immersion dans la vie locale! C’est ce genre d’expérience à répétition qui changera certainement votre perception de la vie et du monde… À faire et refaire…! Merci pour ce partage !

  3. Commentaire par Rigaux

    Rigaux Répodnre 9 juillet 2017 at 23 h 14 min

    Très enrichissant ce passage au sein de cette famille . Et un énorme plaisir de vous voir entourer de ces personnes. Merci pour ce partage et superbe récit. Génial!

  4. Commentaire par Lea Ernoult

    Lea Ernoult Répodnre 19 septembre 2017 at 16 h 02 min

    Bonjour

    Merci pour votre article nous avons appris beaucoup de choses
    Nous allons bientôt sur Sapa et nous voulions savoir comment aviez vous rencontré Co?
    En amont par une agence ou en arrivant à Sapa?

    Merci beaucoup
    Léa et Steven

    • Commentaire par Audrey Tellier

      Audrey Tellier 19 septembre 2017 at 19 h 13 min

      Bonjour,
      Nous avons entendu parler de Co via des amis qui avaient eux-même fait un trek avec elle. Vu leur enthousiasme, nous n’avons pas cherché d’autres guides.
      Vous pouvez la contacter directement via Facebook (Thi Co Giang). Elle vous répondra assez rapidement.
      Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas.
      Bon trek!

  5. Commentaire par sapa tourisme

    sapa tourisme Répodnre 18 juillet 2019 at 10 h 28 min

    J’apprécie bien Sapa. C’est l’un des endroits qui possèdent des paysages naturelles les plus magnifiques au Vietnam avec des rizières en terrasses, des hautes montagnes, et des cols qui attirent beaucoup de voyageurs chaque année. Une destination vraiment à recommander. Et j’aime les vêtements de la minorité de H’mong, vraiment beau et coloré.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Allé en haut