Premières nuits avec Paco, notre voiture

Récit de notre roadtrip en Amérique du Sud | Tour du monde

Notre séjour tout confort dans l’appart à Santiago touche à sa fin, et ça tombe bien car on vient d’avoir la voiture. Le temps pour nous de construire notre structure de lit escamotable, de faire quelques courses, et hop, on sera prêt à dormir dans Paco.

Ce soir, je t’emmène dormir dans une station service!

Quittant Santiago fin d’après-midi, nous devons nous arrêter avant Valparaiso car il n’y a aucun point dans la ville où l’on pourrait dormir. C’est donc dans une station service que nous passons notre première nuit. Pour le côté rêve du roadtrip, on repassera. Nous ne pouvons pas non plus cuisiner, et nous nous rabattons sur le repas buffet de la station. Pas terrible, mais ça fera l’affaire. Bien qu’il s’agisse d’un point où nous pouvons rester en toute légalité, j’ai l’impression d’être une hors la loi. D’autant qu’on doit la jouer en toute discrétion pour ne pas attirer les regards. Ici, faire un roadtrip et dormir dans sa voiture n’a pas l’air si répandu, donc on reste davantage sur nos gardes. 22h, nous voilà allongés sur nos matelas gonflables, recouverts de nos sacs de couchage de compet’. Ils ont un petit côté douillet bien apprécié.

Autant vous dire que la première nuit n’a pas été bonne. D’abord, il faut s’habituer à ce nouvel espace qui m’oppresse un peu, je dois l’avouer. Puis, je soupçonne le repas de la veille d’avoir été responsable de mes crampes nocturnes, et de m’avoir coupé l’appétit pour le reste de la journée. Bref, on prend la route vers Valparaiso.

Une seconde nuit en bord de mer

Après une journée de visite, nous nous trouvons cette fois un chouette endroit sur une plage pour passer la nuit. Aaah voilà, là on retrouve le côté fun du roadtrip! Ici, nous pouvons installer notre petit campement et préparer notre popote. Avec tout cet attirail, des chiliens nous ont même pris pour des vendeurs ambulants et venaient nous demander ce qu’on avait à vendre. Ça se répétera d’ailleurs ultérieurement. On va ptet penser à démarrer un business, tiens?

La nuit a été meilleure que la précédente et laisse supposer qu’un temps d’adaptation nous est sans doute nécessaire. Alors même si les nuits sont un peu dures, et qu’on se demande parfois ce qui nous a pris d’acheter une voiture, on a vite fait d’effacer ces mauvaises pensées quand on voit toute la liberté qui s’offre à nous.

1 Commentaires

  1. Commentaire par Damien Debehogne

    Damien Debehogne Répodnre 17 décembre 2017 at 13 h 33 min

    Vendeurs de rêves ! Vous me manquez

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Allé en haut