Notre pire ennemie

5 novembre 2016

En arrivant en Australie, nous savions que nous risquions de tomber sur des espèces animales hostiles. Mais ce que l’on ne nous avait pas dit, c’est que parmi cette faune, un insecte en particulier ne cesserait de nous harceler. Vous voyez de quoi je parle ? Cette satanée mouche qui vient se poser au coin de votre bouche et de vos yeux, et parfois dans vos narines. Pas la peine d’essayer de la souffler ou de remuer la tête. Ici, elles ne bougent pas d’un poil ! A côté de ça, nos mouches belges sont d’adorables animaux de compagnie.

La solution idéale aurait été un filet pour coiffer nos jolies têtes, mais évidemment, nous n’en avons pas. Du coup, chacun sa technique pour gérer la bestiole. Thibault a adopté la technique du cheval, tentant de s’habituer à elles sans broncher. Quant à moi, je suis incapable de garder mon calme. Ceci dit, son impassibilité ne dure qu’un temps puisqu’il finit par se livrer aux mêmes jurons et mouvements frénétiques que moi. Il ne manque plus qu’une musique, et nous voilà initiateurs d’une nouvelle danse.

3 Commentaires

  1. Commentaire par Bénédicte Adnet

    Bénédicte Adnet Répodnre 5 novembre 2016 at 14 h 22 min

    Arghh je déteste les mouches. Berk Berk Berk. Les Australiens comment font ils eux ? Courage

    • Commentaire par Thibault

      Thibault 5 novembre 2016 at 14 h 28 min

      Ils subissent le même sort tous les jours… 🙂

  2. Commentaire par Marianne Gilleman

    Marianne Gilleman Répodnre 5 novembre 2016 at 23 h 28 min

    Ah ah, après la danse des canards, voilà la danse aux mouches, le nouveau tube de l’été!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Allé en haut