Trek en Nouvelle-Zélande: La Routeburn Track

6 juin 2017

« Aventure alpine ultime », « grandiose », « magnifique », sont parmi les nombreux adjectifs que l’on trouve sur la Routeburn Track, l’une des « Great Walks » en Nouvelle-Zélande. Elle est considérée par certains comme étant l’une des plus belles randonnées au monde, rien que ça ! C’est ce que nous allons voir.

L’inconvénient en hiver : des tracks raccourcies

Comme pour la Kepler Track, on se tourne vers une version raccourcie sur 2 jours (entre 2 et 4 jours pour faire l’entièreté) car il est déconseillé aux non-avertis de s’aventurer sur certaines parties de la Routeburn entre mai et octobre. De toute façon, le point d’arrivée se trouve à 5h en voiture du point de départ. Au niveau logistique, c’était compliqué pour nous. Certaines agences vous proposent de conduire votre voiture jusqu’au point d’arrivée mais c’est vraiment hors de prix !

L’avantage : une tranquillité à prix minimes

L’avantage de faire une Great Walk en hiver est que nous payons les « hut » (refuges) 15 NZD par personne alors qu’elles se chiffrent à 50 voire 55 NZD en haute saison. En plus, nous ne sommes qu’une poignée de personnes à dormir là-haut et il n’y a que des Néo-Zélandais. En été, les refuges sont archi-pleins et vous croisez des gens tout au long du trajet. Autant vous dire qu’on est super content d’avoir choisi cette période.

L’art de faire son sac…encore.

Jour J, le temps est idéal. On se réveille avec beaucoup de motivation. Un petit déj à l’anglaise pour nous donner des forces, et nous prenons la route vers le point de départ. La motivation d’Audrey se « liquéfie » quelque peu lorsqu’elle constate que son sac est en train de s’inonder. Le Camelbak est mal scellé, un classique. Ça m’est arrivé un an plus tôt dans les Ardennes. On est quand même une belle paire de touristes… Enfin, après avoir épongé tant bien que mal avec ce qu’on trouvait, Audrey a pu démarrer sa rando plus ou moins confortablement.

La Routeburn, une randonnée à faire

Le paysage est varié, avec de nombreux points de vues, sommets et cascades. On a préféré la version raccourcie de la Routeburn à celle de la Kepler. Arrivés au refuge, nous avons même continué à monter jusqu’à la tombée du jour pour profiter un maximum des paysages que l’on pouvait observer. Le seul regret a été de ne pas l’avoir parcourue dans son ensemble. Mais bon, ce n’est pas comme s’il n’y avait rien d’autre à voir en Nouvelle-Zélande.

Plus parlant que des mots, voici quelques images de cette rando:

3 Commentaires

  1. Commentaire par Marianne Gilleman

    Marianne Gilleman Répodnre 6 juin 2017 at 20 h 19 min

    Bel article!! Audrey nous fera un tutoriel sur l’art de faire son sac, à votre retour!!!

  2. Commentaire par airmikel

    airmikel Répodnre 6 juin 2017 at 23 h 04 min

    Merci pour l’article 😉

  3. ping de retour Les fjords en Nouvelle-Zélande: circuit au coeur de Milford Sound - Feed My Passport

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Allé en haut